Réapprendre à communiquer

Si le langage verbal est affecté dans la maladie d’Alzheimer ou les démence apparenté, le dialoque infra verbal et non verbal reste intact. La personne malade est donc très sensible au langage du corps et aux émotions que vous dégagez. Si le malade comprend mal vos mots, il reconnaît très bien vos gestes d'affection, d'irritation, de rejet et les interprète correctement.

Le langage corporel est donc la clé d’une meilleure compréhension. Vous pouvez joindre le geste à la parole (par exemple lorsque vous nommer un objet, montrer cet objet). Exprimer votre affection avec votre sourire, n'hésitez pas à prendre ses mains dans les votre pour le rassurer et canaliser son attention.

Lorsque vous vous adressez à la personne malade :

Favorisez la relation une duelle : une personne se place devant le malade et lui parle au même niveau que lui. Prenez le temps de capter son attention, évitez les perturbations extérieures.

Choisissez le bon moment. Il y a des jours où le patient a envie de parler, et d'autres non. Ce n'est pas grave. Tenez compte de sa fatigue. Laissez-lui le temps de chercher sa réponse, avant de commencer à l'aider.

Fixez son attention en soutenant son regard : il pourra ainsi saisir ce que vos yeux disent.

Rappelez votre identité : vous l’aiderez à se repérez de manière naturelle et cela le rassurera. Resituez votre place dans la famille.

 Parlez doucement, utilisez des phrases courtes. Répétez les informations importantes. Une seule information à la fois.

Posez des questions fermées : c'est-à-dire ou la personne peut répondre par oui ou par non cela évitera les difficultés de jugements qui seront de plus en plus fréquentes.

Communiquez autour des activités du quotidien, sur les repas, la toilette, le chaud et le froid... Donnez des repères temporels simples et proches, aidez le patient à se repérer dans la journée: "il est trois heures, c'est l'heure de la sieste. Tout à l'heure je te réveillerai et nous sortirons un peu".

Corriger ses erreurs de langages à travers la réflexion : aidez le à trouver la réponse seul et guider le dans son raisonnement

Aidez le à trouvez ses mots en lui proposant d’expliquer le mot qu’il cherche.

Lorsque le patient répète sans cesse la même question, c'est en général une marque d'angoisse. Prenez le temps de répondre.

 
designed by mwp